Nouvelles

La chaîne de valeur du soya heureuse que le gouvernement approuve les amendements au projet de loi C-49

Posted on: 1 mai 2018

Ottawa (Ontario) – Tous les segments de la chaîne de valeur canadienne du soya se réjouissent de l’annonce qu’a faite le ministre des Transports, monsieur Garneau, le 27 avril dernier concernant la décision du gouvernement du Canada de donner son aval aux importants amendements aux dispositions sur les grains du projet de loi C-49, la Loi sur la modernisation des transports.

« Au nom des producteurs, transformateurs et exportateurs canadiens de semences de soya, je tiens à féliciter le ministre Garneau; le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, monsieur MacAulay; le Comité sénatorial permanent des transports et des communications et le Sénat du Canada pour leur appui à ces amendements de première importance à la Loi sur la modernisation des transports, a déclaré le président de Soy Canada, Mark Huston. Les députés et sénateurs doivent maintenant impérativement travailler main dans la main pour que la loi soit adoptée avant le 1er août, le début de la prochaine campagne agricole. »

En 2017, le soya arrivait au sixième rang des cultures céréalières dans les Prairies, derrière le blé, le canola, l’orge, le pois et l’avoine et devant la lentille, le maïs, la graine de lin, le haricot, le seigle, la graine à canaris, le tournesol et le sarrasin. Les amendements aux dispositions sur les grains prévoient l’application du revenu admissible maximal au transport ferroviaire du soya et des produits du soya déjà offert pour les autres cultures d’importance dans les provinces des Prairies, l’accès à l’interconnexion de longue distance pour un nombre accru d’expéditeurs de grains et la possibilité, pour l’Office des transports du Canada, d’enquêter de son propre chef sur les problèmes systémiques touchant le transport ferroviaire.

« L’ajout du soya à la liste des cultures pouvant bénéficier du revenu admissible maximal assurera un traitement égalitaire à l’ensemble des grandes cultures, explique Ron Davidson, directeur général de Soy Canada. Bien qu’il aille de soi que le soya n’a pas été inclus dans le calcul du revenu admissible maximal il y a 20 ans, le fait de continuer dans la même lignée aurait été en contradiction avec le contexte très différent qui prévaut en 2018. »

Le soya, la culture dominante qui a connu la croissance la plus rapide au Canada au cours des 20 dernières années, jouit d’une forte popularité au pays. En 2017, la production de soya s’est élevée à 7,7 millions de tonnes dans huit provinces (Ontario, Manitoba, Québec, Saskatchewan, Île-du-Prince-Édouard, Alberta, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse). Après avoir doublé au cours des dix dernières années, la production canadienne de soya devrait encore une fois se multiplier par deux au cours de la prochaine décennie dans un contexte de progrès technologiques rapides.

– 30 –

Personne-ressource pour obtenir de plus amples renseignements :

Ron Davidson

Directeur général

rdavidson@soycanada.ca

613-233-0500